Je m’appelle Eva Léger, et je raconte des histoires pour alléger ceux qui les lisent. Pour alléger le poids qui pèse sur leurs épaules, leur cœur, leur vie. Pour qu’ils se sentent plus libres et qu’au bout du compte, ils deviennent un peu plus eux-mêmes.

Jamais deux personnes ne lisent la même histoire : on y amène toujours son propre vécu.

C’est pour ça aussi qu’on vibre tous pour une bonne histoire. Pourquoi les réseaux sociaux sont-ils en deuil quand Game of Thrones célèbre les noces pourpres, ou en liesse quand on annonce un nouvel Harry Potter ? Parce que ces histoires portent en elles quelque chose d’universel qui nous touche, qui résonne au plus profond de nous-mêmes.

Nous communions tous à l’autel d’une bonne histoire.

Et à quoi reconnaît-on une bonne histoire ? Oui, elle nous embarque avec elle, vers des mondes inconnus ou autour d’une table de cuisine. Oui, elle nous fait rire, frissonner, pleurer (des larmes de sang).

Surtout, elle nous laisse un peu différents de ce que nous étions avant qu’on nous la raconte.

J’aime particulièrement les héros imparfaits, qui nous font lever les yeux au ciel parce qu’on voit bien, et eux non, qu’ils foncent droit dans le mur/s’enfoncent tous seuls/déconnent plein pot/complétez par ce qui vous chante. C’est en eux que je me reconnais le mieux. Moi aussi, je fais beaucoup de conneries.

Ce sont eux, mes miroirs préférés.

C’est pour ça, je crois, que je raconte volontiers ma vie ici, mes errances, mes erreurs et mes errements, mes peurs et mes doutes, autant que mes joies et mes victoires, si ce n’est plus. Parce que ce sont les histoires les plus riches de sens. Celles que j’aime lire, mais qui font si souvent défaut dans la vie réelle et plus encore sur le net, où tout est si beau et si brillant.

La vie, ce n’est que ça. C’est grave et très sérieux, et en même temps, pas vraiment. Il n’y a pas grand-chose de définitif, et on a beaucoup moins de contraintes et de limites qu’on veut bien le croire.

Alors voilà, je raconte ma vie. Ce n’est pas une vie extraordinaire, je suis surtout une aventurière de canapé. J’ai connu des coups durs et des coups de chance, mais ils ne me définissent pas. Ce ne sont que des péripéties. Ce qui est important, c’est ce que j’en fais.

Je m’appelle Eva, et je raconte l’histoire de ma vie, en vision panoramique ou par le petit bout de la lorgnette, pour vous aider à mettre la vôtre en perspective.

Et vous, quelle est votre histoire ? Quel sera le prochain chapitre ? Racontez-moi, j’adore les bonnes histoires.