La femme forte que tu es

Salut à toi ! Si c’est ta première visite ici, tu voudras sans doute découvrir Revenir à toi – Histoires, rêveries et méditations sur l’amour de soi, mon premier livre. Tu peux même le télécharger gratuitement !

Je raconte des histoires directement dans ton oreille.

Tu penses confiance, audace, mais ce ne sont que des conséquences. Pas des fins en soi.

Confiance, audace, c’est ce qui arrive quand tu prends conscience de ta force, quand tu comprends que tu as toujours eu le pouvoir.

On voit souvent la force de manière très masculine, très rentre-dedans. Les femmes fortes des films sont toujours des guerrières, des badasses, des girlbosses. (Ça me fatigue rien que de l’écrire !)

Or, les femmes fortes sont amour avant tout. Elles protègent, défendent ce qui est juste, ce qui est précieux.

Les femmes fortes n’ont pas peur de montrer leurs failles.

Les femmes fortes ne sont pas sans failles. (Les hommes forts non plus, d’ailleurs, mais c’est une autre histoire.)

La peur met en lumière ce qui est important. Les femmes fortes sont fortes de leurs peurs si elles agissent malgré elles, ou même avec elles.

Les femmes fortes n’ont pas à forcer. C’est le comble, n’est-ce pas ? Les femmes fortes arriveront toujours à leurs fins. En douceur, sans violence.

Les femmes fortes restent debout pour ce en quoi elles croient.

Les femmes fortes sont conscientes de leur valeur, de ce qu’elles apportent au monde. Elles n’ont pas besoin de le brandir comme un étendard, de l’agiter sous le nez du monde entier pour l’affirmer.

Les femmes fortes irradient de leur amour, de leurs valeurs, pacifiques, créatrices.

Les femmes créent. Les femmes fortes n’ont que faire de détruire. Elles sont trop occupées à créer.

Ce qui ne résonne pas avec ce qu’elles créent s’effondrera tout seul, sans qu’elles n’aient rien à faire. C’est obsolète, ça n’a plus de raison d’être.

Ne crache pas sur le maternel dans le féminin. Le maternel ne s’oppose pas à la force, bien au contraire. Le maternel, c’est créer, nourrir, élever. Des êtres humains autant que des idéaux. Le maternel, c’est ce qui change le monde.

Le maternel, c’est noble. Il n’y a pas plus noble.

L’erreur, ce n’est même pas de résumer le féminin à cela, à une fonction procréatrice et éducatrice. L’erreur, c’est d’en faire une broutille, une faiblesse, même, alors que c’est la plus grande des forces.

Créer, nourrir, élever. Emmener vers ce qu’il y a de plus grand, emmener vers plus grand que toi.

C’est ça, ta plus grande force.

Eva

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.