Te lever le matin est de plus en plus dur. Encore une journée dans cette vie qui ne te fait plus rêver depuis longtemps. (T’a-t-elle seulement fait rêver ? Tu ne t’en souviens même plus.) En plus, tu dors mal, tu as mal au dos, et parfois, tu as la poitrine serrée dès le réveil.

Bien sûr, tu n’es pas à plaindre, tu es consciente que ta vie est plutôt confortable. Il y a pire, pas vrai ?

Alors, tu te sens coupable d’avoir envie de plus. Tu as envie d’autre chose, et malgré ta chance, tu te sens tellement perdue que tu ne sais même plus ce que tu voudrais. Tu ne sais pas par où commencer, et quand cette petite idée vient malgré tout te trotter dans la tête, ce qu’il faudrait faire pour y arriver te semble insurmontable.

Non, tu vas plutôt te consoler ce soir devant Netflix. Tu te coucheras encore trop tard. Et demain, ça recommencera.

 

Depuis qu’on est tout petit, on nous a seriné de nous tenir comme il faut. Et on a super bien retenu la leçon : on a tellement fait ce qu’il fallait on ne sait même plus ce qu’on veut. D’ailleurs, ça semble bien égoïste, faire ce qu’on veut. Utopique, aussi.

On se force entrer dans un moule qui ne nous convient pas en se disant « moi, c’est pas grave », et  tu sais quoi ? Ça fait souffrir. Jusque dans le corps, si on n’écoute pas assez. Alors qu’être à l’écoute de soi-même, c’est encore le meilleur moyen d’offrir le meilleur de nous aux autres. Et en se sentant bien, en plus !

 

Tu vas me dire : « c’est bien mignon, Eva, mais comment je reprends contact avec cette part de moi que j’ai oubliée ? »

 

Eh bien, quand on écrit à la main comme ça, c’est comme si le cœur et les mots étaient reliés directement. Rien ne s’interpose entre les sentiments et leur expression. Ensuite, on l’envoie dans la nature, ça ne nous appartient plus. On l’envoie physiquement loin de nous.

Ça oblige aussi à prendre un temps pour se poser au calme avec ce qui nous préoccupe et nous empoisonne, pour nous permettre d’évacuer ce poison.

C’est nous face à nous-mêmes, sans filtre, sans fard.

On envoie loin de nous tous ces sentiments qui nous intoxiquent. Parfois, on va beaucoup pleurer en l’écrivant, et c’est très bien comme ça. Surtout, ça va nous aider à comprendre ce qui est vraiment important, quels sont vraiment nos problèmes, et peut-être même que rien qu’en les écrivant, on va commencer à trouver des solutions. (Essaie, pour voir. Papier, stylo, tu ne lèves pas le stylo avant d’avoir fait 3 pages.)

Et si moi, je te répondais de la même façon ? Old school. Papier, stylo, enveloppe, timbre-poste. (Je sais pas toi, mais moi, je kiffe recevoir des lettres, et c’est pas souvent !)

Et si avec tes mots, les miens, et un petit coup de pouce énergétique… tu revenais à la personne que tu es vraiment ?

 

La personne la plus importante de ta vie.

 

Et si tu avais davantage conscience de ta valeur, de tes talents… de tes envies ?

Et si retrouvais du sens dans ta vie ? Et si la direction dans laquelle tu veux aller te semblait claire ? Et si… tu n’avais plus peur d’y aller ?

Et si tu craignais moins le regard des autres ? Et si, en fait, tu n’en avais plus besoin ? Et si ton propre regard te suffisait ?

Et si tu dormais comme un bébé, et te réveillais avec le sourire ? 🙂 (Rien que de l’écrire, j’ai un sourire niais ! C’est vraiment trop bon, comme sentiment !!!)

 




 

Ton investissement est de 720 euros pour 3 mois/6 échanges de courrier, soit 120 euros par courrier + soin.

(Possibilité de régler en 3 fois)

Tu as envie d’évoquer une question précise ? Ou juste de tester ? Pour 150 euros, nous échangeons un courrier unique. Pour cela, rendez-vous ici.

En bonus, tu auras accès à ma boîte à outils pour t’aider à installer le changement de manière durable dans ta vie.

 

Quand tu redeviens la personne la plus importante de ta vie…

  • Tu chantes « Libérée, délivrée », avec zéro once de cynisme.
  • Tu as de plus en plus confiance en toi.
  • Tu repousses tes limites.
  • Les choses deviennent possibles, à ta portée. Tout est possible. Oui, oui !
  • Tu es plus authentique, plus fidèle à toi-même.
  • Tu te respectes, toi, tes envies, tes choix.
  • Tu t’aimes, tu t’acceptes. (Truc de ouf !)
  • Et si tu t’aimes… tu kiffes ta vie 🙂

Concrètement, comment ça se passe ?

 

À toi l’honneur de m’envoyer le premier courrier. (Je sais, c’est intimidant, mais je te guiderai). Dans la semaine qui suit, je te réponds. Mon courrier s’accompagne d’un soin énergétique sur mesure. Dans chacun de mes courriers, tu trouveras : une lettre, donc, une boîte à outils et/ou des pistes de réflexion, et un compte-rendu du soin énergétique.

Je te propose une intention à nous fixer pour la suite du programme.

Ensuite, chacune de nous écrit une semaine sur deux : une semaine toi, et une semaine moi.

L’énergétique vient soutenir tout le travail que tu effectues sur toi : cela te permet d’intégrer plus facilement toutes tes prises de conscience et tous les changements qui se mettent en place, et le travail d’écriture permet une intégration en conscience du travail énergétique. C’est un cercle vertueux.

 

Dis… ce n’est pas un peu égoïste de m’occuper de moi comme ça ?

Connais-tu la métaphore du masque à oxygène ? Certes, elle est un peu éculée, mais elle est essentielle. Parce que si on te dit, dans les consignes de sécurité de l’avion, de mettre ton masque à oxygène avant d’aider qui que ce soit, même tes enfants, il y a une bonne raison : si tu ne peux pas respirer et que tu perds connaissance (dans le meilleur des cas)… comment vas-tu les aider, les autres ? En anglais, on dit aussi « you can’t pour from an empty cup », tu ne peux rien verser si ta tasse est vide. La métaphore est aussi éculée que la nôtre, mais tout aussi révélatrice : si tu n’as plus de jus, tu ne peux rien donner.

Mais je ne sais pas écrire, moi. En plus, je fais plein de fautes.

Eh bien tant pis pour le Goncourt, alors. Très sincèrement, dans tous les messages qu’on a pu m’envoyer, aucun ne m’a causé de fracture de la rétine, et je les ai tous compris. En plus, on est souvent son juge le plus sévère.





(Possibilité de régler en 3 fois)

 

C’est quand même un sacré chemin à entreprendre ! Ça va être tellement long avant d’arriver, je ne suis pas sûre d’avoir l’endurance.

As-tu l’endurance pour continuer comme ça, mal dans tes baskets ? Le temps passera de toute façon, autant bien l’employer. Je sais même quel âge tu auras quand tu arriveras au bout : le même que si tu ne le fais pas.

Je ne sais pas si je suis prête pour un tel changement.

On ne vise pas le changement radical. C’est un peu comme quand on fait un régime : si tu perds tout ce poids d’un coup, ce n’est pas efficace, tu as vite fait de reprendre. Même chose ici : si tu essaies de changer tout radicalement dans ta vie sur un coup de tête, tu risques de vite revenir en arrière. (En pire, parce que tu t’en voudras.) Non, l’idée, c’est d’y aller un pas après l’autre. Et si changement radical il y a, tu le feras en conscience.

J’ai peur de l’obscurité en moi…

Je sais. C’est terrifiant. Mais je suis là pour te tenir la main pendant que tu vas, petit à petit, la regarder en face. Et puis, c’est en faisant la paix avec notre côté obscur qu’on trouve la lumière. Crois-moi, ça remue, mais après, on se sent incroyablement mieux. (C’est du vécu.)




(Possibilité de régler en 3 fois)