Aujourd’hui, mon cerveau ne marche pas

Aujourd’hui, mon cerveau ne marche pas.

Toute la journée, je me suis demandé ce que j’allais te raconter aujourd’hui. En fait, c’est simple : ce que je veux te dire, c’est qu’aujourd’hui, mon cerveau ne marche pas, alors je lui accorde un break.

Je sais pourtant que c’est systématique quand mon fils part en vacances. J’ai un ou deux jours de flottement. J’avais décidé que pas cette fois.

J’étais fâchée fâchée contre mon cerveau, et contre moi, et puis j’ai regardé en arrière, en décidant de faire preuve d’un minimum de bienveillance.

Samedi, j’ai travaillé. De samedi soir à hier soir, j’ai vu du monde à peu près tout le temps, moi, la grande introvertie. J’ai aussi passé une journée complète dans le TGV. Pendant ce temps, j’ai encore travaillé dès que j’avais une fenêtre. Je kiffe ce que je fais. J’ai kiffé ces quelques jours.

Ce matin, comme à peu près toutes les semaines depuis début mars, j’ai vu mon kinésiologue. « Nous n’avons pas besoin de nous revoir pour l’instant », m’a-t-il dit. « Vous m’avez fait faire un sacré chemin en quelques semaines », lui ai-je répondu.

La morale de jour, me demanderas-tu ? Tu n’es pas obligé d’être à fond tout le temps. Mieux encore : les pauses sont indispensables. Et personne mieux que ton propre corps ne te signifiera quel est le meilleur moment pour ça.

J’avais prévu que les vacances de mon fils seraient une retraite d’écriture pour moi ? Très bien. (Nan, sérieux, très bien.) Mais mon corps m’a dit « pas aujourd’hui ».

Aujourd’hui, c’est repos. Aujourd’hui, c’est ménage en moi et autour de moi. Aujourd’hui, j’intègre. Aujourd’hui, j’arrose mon jardin et mon terreau intérieur. Aujourd’hui, je nourris ma muse.

Les mots seront toujours là demain. Et j’aurai un œil neuf et une énergie nouvelle à leur accorder.

Aujourd’hui, je me donne ce dont j’ai besoin.

Demain est un autre jour.

D’ici là, prends bien soin de toi.

**
Eva, aventurière de canapé

Ça te semble aberrant de prendre un break ? Toi, tu as besoin de participer à 7 jours pour mieux t’aimer, le challenge tout doux tout bienveillant qui remet de l’amour dans le quotidien des femmes sous pression. Tu peux t’inscrire ici.

On commence le 17 avril.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire