It’s your wake-up call

C’est l’apocalypse. C’est la fin du monde. C’est la tarte dans la tronche. C’est le wake-up call.
 
En fait, quand tout va à peu près bien, tant que c’est supportable, on ne questionne pas le statu quo. On ne bouge pas une oreille. On essaie de maintenir l’équilibre. De continuer à danser sur le fil.
 
Il y avait beaucoup, beaucoup d’amour dans ma vie d’avant. Et aussi beaucoup d’insatisfaction. Parce qu’il y avait beaucoup d’amour, sauf de moi à moi.
 
Ce n’était pas cool pour moi, parce que je me faisais passer en 72e position. Parce que je n’écoutais pas mes besoins, mes envies, mes intuitions… Je voulais tellement plaire et être aimée. Je voulais tout faire bien comme il faut.
 
C’était un gouffre. Un trou noir.
 
Et ce n’était pas cool pour les autres, à qui j’imposais cette énorme pression de rassasier mon insatiable besoin d’amour et de reconnaissance.
 
Ma fin du monde personnelle a remis les choses à leur place. Ça a encore été long à comprendre. Il a fallu que j’ajoute le burn-out au deuil.
 
Pour ne pas crever… il allait falloir que je commence à m’aimer pour de vrai.
 
Ce n’est pas facile tous les jours. Même aujourd’hui, les vieux réflexes reviennent parfois de manière insidieuse.
 
Sans apocalypse, j’en serais sans doute encore au même point, affamée d’amour alors que j’en recevais déjà tant.
 
C’est cliché de dire que ce genre de claque dans la tronche remet les pendules à l’heure et les priorités à leur place. C’est cliché, mais c’est aussi vrai. Tous ceux qui ont vu leur monde s’ouvrir sous leurs pieds vous le diront.
 
Pour moi, le réveil a été brutal quand j’ai enfin compris que m’aimer et prendre soin de moi, n’en déplaise aux cyniques, était une règle de conservation de base. Du genre, celle qui régit la base de la pyramide de Maslow.
 
Je pense qu’on a tous nos révélations personnelles, dans nos apocalypses personnelles. Je ne serais pas surprise que 95% d’entre elles aient trait à l’amour.
 
Mon apocalypse personnelle m’a appris, m’apprend toujours, à m’aimer.
 
Mon apocalypse personnelle m’apprend que m’aimer et me respecter me permet de mieux aimer et mieux respecter mon prochain. Une question d’empathie et de compassion.
 
Mon apocalypse personnelle me donne envie de bâtir un nouveau monde sur ces bases. (Les histoires de fin du monde sont des histoires de nouveaux mondes, pas vrai ?)
 
Malgré mon amour pour les histoires sombres, je reste très bisounours. Et ce que je veux pour les gens que j’aime (environ 97% de la population), c’est une vie centrée sur l’amour, de soi et de son prochain.
 
Non, tout bien réfléchi, même pour les gens que je n’aime pas. Surtout pour les gens que je n’aime pas. Parce que je crois que les gens que je n’aime pas ont globalement de gros problèmes d’amour de soi.
 
Peace, love & bisounours
 
**
Eva, sœurcière bisounours apocalyptique
 
Je suis en train de créer un programme « juste la fin du monde » pour aider les personnes qui voient, qui ont vu leur monde s’effondrer, ou s’effriter petit à petit, à digérer cette fin. Pour mieux construire la suite. Pour que leur nouveau monde soit plus conforme à leurs rêves, à leurs aspirations. En fait, c’est possible. Mais ça, souvent, on a besoin d’une claque dans la gueule pour le voir.
 
On n’est pas obligé de prendre les mêmes et de recommencer. Ce serait la recette d’un désastre annoncé.
 
Mais pour cela, il faut accepter d’aller voir là où c’est noir, là où ça fait mal. Ça ne va pas être de tout repos. Ça va demander un certain carburant d’âme. Mais ça promet d’être transformateur. En profondeur. Et de te propulser dans un nouveau monde à ton image.
 
Et si le vrai problème, c’est que tu ne t’aimes pas assez, tu peux toujours te lancer dans 7 jours pour mieux t’aimer, le programme qui remet de l’amour dans le quotidien des femmes sous pression.
 
Sinon, ya du croustillant au programme de la newsletter de demain matin… Genre récit d’apocalypse. (Et je ne parle ni de Walking Dead, ni des X-Men.) Tu peux t’inscrire là.
 
Bisous tendres <3
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.