L’art sauve l’âme

J’ai décidé qu’en ce moment les choses allaient bouger pour moi, alors il n’est pas surprenant que je sois un peu en mode machine à laver, phase essorage depuis quelques jours.

Eh, on a toujours ce qu’on demande, de manière consciente ou inconsciente !

Je suis contente de voir tout ce qui se passe dans ma vie en ce moment, mais franchement, ce matin, j’étais amorphe, et prête à signer pour un stage de méditation transcendantale pour calmer un peu le carrousel dans ma tête et me ressourcer. (Après, j’ai vu le prix. Ça coûte pas loin de 4 chiffres d’apprendre à méditer comme David Lynch ! Alors je me suis contentée de me poser avec des mantras de Deva Premal, et c’était déjà pas mal. On verra plus tard si je veux toujours me la jouer Russell Brand.)

J’ai introspecté avec mon amie Marielle, de Joie, Fun et Sérénité, qui m’a un tout ptit peu obligée à aller voir quelque part où, je lui ai avoué, eh bien, j’évitais soigneusement d’aller voir, et qui constituait une partie (évidente mais j’y mets de la mauvaise foi) de mon sac de nœuds. (Merci bichette <3 )

Et puis finalement, j’ai fait un truc que j’avais envie de faire depuis des mois, mais qui dans ma tête était inconciliable avec tout ce que je veux faire d’autre dans ma vie (en dehors de la méditation transcendantale) : je me suis posée pour relire le début de roman qui était sorti tout seul de mon stylo en début d’année, et dont le flot s’était arrêté du jour au lendemain quand je me suis dit qu’il fallait que je bosse plus sérieusement sur le reste. (Helloooo, croyance que faire de l’art, c’est un sacerdoce, et qu’on ne peut faire que ça et rien d’autre ! Et aussi que c’est pas sérieux. Non mais !)

C’était absolument génial d’écrire cette cinquantaine de premières pages, j’en tirais un plaisir fou. J’ai rencontré mon héroïne et narratrice dans un rêve, je connais les (très) grandes lignes de son histoire, mais je n’en découvre les détails et les subtilités qu’à mesure que j’écris, comme si elle me dictait le tout en « je ». (Et elle est magique, et fascinante, et inquiétante, et elle me fait halluciner, et je sens bien qu’elle en a encore sous le pied.)

Elle est très orgueilleuse, aussi, pour avoir coupé le flux quand je me suis dit qu’il fallait quand même que je fasse aussi des choses pour gagner ma vie, et pas juste raconter la sienne. (T’as vu ce qu’on peut faire ensemble ?)

Alors quand j’ai compris que c’était dans son histoire à elle que je devais « channeler » mon humeur bizarro-chagrine du jour, j’étais joie ! (Et un peu intimidée… Comment allions-nous nous retrouver, tous ces mois plus tard ?)

Peut-être me sent-elle enfin prête à recommencer à raconter son histoire. Ou alors, c’est moi qui comprend enfin que raconter son histoire, vous écrire des mots doux, vous proposer de super services et vivre ma life est tout à fait conciliable. (J’aurais pas dû l’écrire, je trouve ça intimidant.) Ou alors, je ne vais rien écrire de plus pendant des semaines. (Oh non, pas fun ! En écrivant, je me suis dit plusieurs fois « Non ! C’est pas vrai ! » Je veux savoir la suite !!!)

En posant mon point final du jour, à quelques minutes de partir chercher mon fils à l’école, je me suis dit que c’était un peu tard pour vous écrire un mot doux. Et puis en envoyant un petit message à mon amie Marion, avec qui on parle de temps en temps art-thérapie, j’ai conclu « l’art sauve l’âme. »

Et c’est exactement ce qu’a fait ma séance d’écriture aujourd’hui. Alors c’était trop important, il fallait que je vous le raconte.

Je me sens à nouveau alignée avec moi-même. Toujours des interrogations dans la tête, des nœuds à dénouer, des points obscurs à éclaircir. Mais aussi du calme et de la joie. Ça me semble à nouveau surmontable, même sans stage de méditation transcendantale.

Et oui, méditer, c’était important. Et oui, introspecter avec une amie chère aussi. Mais sans art pour lier tout ça, pour transformer tout ça, il manquerait quelque chose.

Les histoires nous transforment. Celles qu’on lit/regarde, mais aussi celles qu’on raconte.

C’est hyper important pour moi de te écrire des mots doux et de te raconter ma life, parce que c’est hyper important pour moi de te ramener un petit peu vers toi-même (ou beaucoup, si tu veux te lancer dans la grande aventure de la Métamorphose par l’écriture).

Et raconter cette histoire-là, cette histoire différente, c’est hyper important. Pour ce que ça m’apporte pendant que je l’écris, pour tout ce que j’y découvre de moi. Et pour tout ce que, je l’espère, ça t’apportera quand je la partagerai avec toi.

Fais de l’art, un peu tous les jours, pour te nourrir, et pour transformer ce qui se passe dans ta vie. Fais de l’art pour digérer. Fais de l’art pour comprendre ce qui se passe dans ta tête. Fais de l’art pour te sentir vivant.

Raconte des histoires si c’est ta came, ou dessine, ou peins, ou fais de la photo, ou fais des films, ou fais de la musique, ou danse, ou saute à la corde, ou fais un gâteau, ou fais ce que toi, tu fais de manière unique et qui te transforme et te nourrit.

Et fuck ton critique interne, et fuck tous ceux qui t’ont fait de la peine quand tu leur as fait le cadeau de leur montrer ce petit bout de ton âme.

Tiens, je te laisse avec un de mes conteurs préférés, Neil Gaiman, et je te fais un gros bisou artistique plein d’amour.

**
Eva, sœurcière et artiste

Tu connais quelqu’un qui aimerait ces mots ? Partage cet article !
Tout nouveau, tout beau, tout chaud, l’ebook Commandements pour changer les histoires que tu te racontes. Écrit de ma blanche main (et donc pas toujours très droit), et infusé de bonnes ondes. Je l’aime d’amour.

Tu ne sais plus comment prendre un minimum soin de toi, et les conseils qui t’encouragent à te faire les ongles et prendre un bain pour te sentir mieux te laissent dubitative ? Tu as envie de te kiffer davantage ? 7 jours pour mieux t’aimer, le programme gratuit pour remettre un peu d’amour dans le quotidien des femmes sous pression, est fait pour toi

Tu es plus grande à l’intérieur ? Tu te sens à l’étroit dans ta vie ? Tu veux qu’on en cause ? Déploie tes ailes avec la Métamorphose par l’écriture, le coaching VIP 100% mots doux et bonnes ondes par courrier postal

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.