Mes mots sonnent mieux quand ils sortent de ma main que de ma bouche

Salut à toi ! Si c’est ta première visite ici, tu voudras sans doute jeter un coup d’œil à 7 jours pour mieux t’aimer, le programme gratuit qui remet un peu d’amour dans le quotidien des femmes sous pression ! Love-toi bien 🙂

Parfois, je me dis que les gens qui me connaissent du web et qui me rencontrent pour la première fois doivent être surpris.

Surpris que la nana qui a toujours quelque chose à dire sur les réseaux sociaux, qui écrit à n’en plus finir, ou presque, avec verve et un joli brin de plume, soit si silencieuse, bafouille, cherche ses mots.

Si tu savais comme ça me frustre !!! C’est fou, parce qu’au bout, il y a le même cerveau. Mais il y a des connexions entre lui et ma main qui ne doivent pas exister entre lui et ma langue.

Et en même temps, je l’accepte de mieux en mieux. J’accepte qu’en conversation, j’écoute plus qu’autre chose. De toute façon, il y a quelque chose dans mon attitude qui doit attirer la confidence, je suis souvent surprise du degré d’intimité de ce qu’on peut me confier, et des « je sais même pas pourquoi je te raconte ça ».

J’accepte qu’en vraie introvertie, dans un grand groupe, je vais chercher mes copines. Ou les gamins. Ou le chien. « Faut que tu ailles aux événements networking. » Mais bien sûr. S’il y a une copine, on boira un café, ou une limonade, et on papotera de la vie, l’univers, et le reste. Sinon, je vais me sentir empruntée dans un coin, avec l’envie de mourir, ou au moins de rentrer sous terre.

À l’écrit, c’est totalement différent. C’est pour ça que je propose mes accompagnements à l’écrit. T’as vu comme c’est cool, la Métamorphose par l’écriture ? On s’envoie des lettres, comme à l’ancienne, comme chez Jane Austen. Viens donc voir, qui sait, on se la jouera peut-être Orgueil et préjugés (et zombies).

Mais je digresse.

À l’écrit, donc, c’est comme si tous les mots qui se bousculent parce qu’ils refusent de sortir de ma bouche s’alignaient merveilleusement, tous seuls, comme des petits canetons derrière leur maman cane.

Pourtant, pendant tellement longtemps, je me suis refusé d’écrire. On me faisait miroiter qu’il fallait beaucoup de talent pour vivre de sa plume, et je supposais que moi, je n’en avais pas assez. Je n’étais pas Anne Rice, l’idole de mon adolescence. Je crois que pendant toute la vingtaine, je n’ai pas du tout écrit, même pour moi. C’était trop frivole.

C’est triste, quand j’y pense. Pourtant, ma vingtaine n’a pas été facile, j’ai traversé 2-3 trucs franchement glauques. Comment je faisais pour gérer toutes ces émotions, toutes ces difficultés ? Bah, j’ai été très malheureuse pendant un bon bout de temps. Ceci explique sans doute cela.

Je suis tellement heureuse de m’être réconciliée avec mon médium d’expression de prédilection. (Sérieux, comment je communiquais, avant ? Et comment je faisais pour ne pas exploser ?) Du coup, je m’interroge beaucoup sur comment les gens s’expriment. Arrivent-ils à sortir suffisamment d’eux-mêmes pour être compris, vraiment compris, et se sentir bien dans leur peau ?

Je ne parle pas forcément d’écriture, hein. C’est mon truc, peut-être pas le tien. J’ai des amis illustrateurs ou photographes qui réalisent des œuvres graphiques merveilleuses. J’ai des amis musiciens merveilleux. J’ai des amis artisans merveilleux qui créent des objets uniques et reconnaissables entre mille. J’ai une amie qui a une plume merveilleuse, mais qui trouve dans la danse un mode de communication qui lui convient bien mieux.

Moi, je tisse mes messages, à commencer mes messages à moi-même, avec des mots. À l’écrit, donc. Parfois, ça en arrive à me soûler d’écrire. J’écris pour moi, j’écris pour ici, j’écris pour des projets au long cours (sans doute trop en parallèle, du coup, ça n’avance pas assez vite à mon goût). Ces jours-ci, c’est plus difficile qu’il y a, disons, 3 semaines. Mais je me présente à ma plume malgré tout. Sinon, on sera frustrées et malheureuses toutes les deux.

Et puis si ce que j’ai à dire reste coincé dans ma tête, il ne se passera rien.

Et toi, c’est quoi, ton mode d’expression favori ? Comment l’exploites-tu ? Je suis vraiment, vraiment curieuse 🙂

Cœur avec les mains, mon chaton !

Eva

Tu aimes écrire? Ou tu as envie d’écrire ? Écrire, ça libère, et ça transforme. C’est pour ça que j’ai créé la Métamorphose par l’écriture, un accompagnement par courrier postal baigné de bonnes ondes !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.