La seule chose dont tu as besoin, c’est continuer

« Te reconstruire », « refaire ta vie »…

Ces mots qu’on m’a si souvent offerts, toujours avec le cœur, pour me consoler, pour me ramasser, ont toujours eu une résonance étrange chez moi.

Le lendemain des funérailles de l’homme que j’ai aimé plus que moi-même (et comme c’est étrange de mettre cette sensation en mots), une amie chère, une âme sœur, m’a dit « parfois, on aimerait avoir un an de plus ».

Je lui ai répondu : « non, je crois que j’ai besoin de vivre chacun de ces instants. »

Je ne pouvais pas imaginer comme nous avions raison toutes les deux.

Comme chacun de ces instants m’a poussée au bord de la destruction, et peut-être même m’a détruite, même si je refuse encore de le voir.

Et comme j’avais en effet besoin de vivre chacun d’eux, dans toute leur horreur.

À aucun moment, je n’ai eu l’impression, je n’ai l’impression, de me reconstruire, ou de refaire ma vie.

Je continue ma vie, tout simplement. Dans un nouveau paradigme, oui. Survenu de manière brutale, oui.

Mais tout ce que je fais, c’est la même chose que tout le reste du monde : je continue.

Je fais le ménage, moi, la bordélique. C’est drôle, au fond, que je sois aussi bordélique en apparence, et aussi attachée à faire de l’ordre en moi. Mais nommer les choses, choisir ce qui a le droit de m’empêcher de vivre ou non, ce n’est pas faire les poussières.

Tout ça pour te dire, très chère toi, très cher toi, que tu n’as pas besoin d’une rupture violente dans ta vie pour changer ce qui ne te va pas.

Tu peux continuer ta vie, tout simplement.

Te dire « je ne veux plus de ça dans ma vie. Ce que je veux, c’est ça. Et ça, je ne veux surtout plus que ça m’empêche de vivre. »

Et suivre le mouvement que tu impulses.

C’est à la fois aussi simple, et aussi compliqué que ça.

Tu n’as pas besoin d’un cataclysme, d’une apocalypse, même si nos apocalypses personnelles, ou même universelles sont souvent des déclencheurs prodigieux.

Tu n’as pas besoin de tout plaquer si ce n’est pas ce que tu veux.

Juste de continuer.

En étant fidèle à toi-même. En n’oubliant pas que c’est toi l’héroïne, le héros de ta propre histoire.

Et que toutes les héroïnes sont de super-héroïnes, au fond. Qu’elles ont toutes des super-pouvoirs.

Même si tu as l’impression que ton seul super-pouvoir, aujourd’hui, c’est de continuer. Tu ne t’en rends pas compte, mais continuer, c’est déjà énorme.

Je t’embrasse bien fort sur les deux joues.

**
Eva

Tu connais quelqu’un qui a besoin de lire ces mots ? Partage cet article !

Tout nouveau, tout beau, tout chaud, l’ebook Commandements pour changer les histoires que tu te racontes. Écrit de ma blanche main (et donc pas toujours très droit), et infusé de bonnes ondes. Je l’aime d’amour.

Tu ne sais plus comment prendre un minimum soin de toi, et les conseils qui t’encouragent à te faire les ongles et prendre un bain pour te sentir mieux te laissent dubitative ? Tu as envie de te kiffer davantage ? 7 jours pour mieux t’aimer, le programme gratuit pour remettre un peu d’amour dans le quotidien des femmes sous pression, est fait pour toi

Tu es plus grande à l’intérieur ? Tu te sens à l’étroit dans ta vie ? Tu veux qu’on en cause ? Déploie tes ailes avec la Métamorphose par l’écriture, le coaching VIP 100% mots doux et bonnes ondes par courrier postal

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire