Cher cerveau

Salut à toi ! Si c’est ta première visite ici, tu voudras sans doute jeter un coup d’œil à 7 jours pour mieux t’aimer, le programme gratuit qui remet un peu d’amour dans le quotidien des femmes sous pression ! Love-toi bien 🙂

Mon très cher cerveau,

Quelle relation étrange nous avons tous les deux !

Peut-être que je m’adresse à toi par erreur. Je pense à la voix dans ma tête qui a toujours quelque chose à dire. Ou peut-être les petites voix.

Je vais vous appeler mon cerveau pour simplifier, ok ? Pour vous opposer à mes tripes, qui me parlent aussi, mais sans mots.

Déjà, laisse-moi te dire que parfois, tu me fatigues. Tu ne te tais jamais, n’est-ce pas ? Ton discours incessant, ta logorrhée, parfois, sont épuisants. Ça fait du bruit.

Du bruit. De la statique. Du brouillage.

Parfois, tu m’empêches d’entendre les choses vraiment intéressantes que tu as à me dire. Tu t’en rends compte, de ça ? Tu t’auto-sabordes. Franchement, a-t-on idée ?

Et puis tu as une drôle de manière de juger. Parfois, tu juges tes productions absolument géniales. D’autres fois, absolument à chier. Et je ne comprends pas quels sont tes critères. Surtout que tu es régulièrement à côté de la plaque.

Du coup, mon job, c’est d’écouter tout ce que tu as à me dire, et faire le tri. Décider ce qui me plaît, ce qui ne me plaît pas, et aller au bout, quoi que tu me dises. (La partie la plus difficile.)

« Nan, mais en fait, c’était nul, j’ai changé d’avis. » Tu me fais le coup à chaque fois. Si je t’écoute, je ne fais jamais rien.

C’est là que j’ai besoin d’écouter mes tripes. Elles sont bien meilleur juge que toi.

Je n’aime pas, cher cerveau, quand tu m’envoies des pensées angoissantes au mileu de la nuit.

Je n’aime pas que les seules fois où tu te tais, c’est quand je te pose des questions et que la réponse m’intéresse sincèrement. (Je soupçonne qu’à ces moment-là, tu me réponds, mais tu produis de la statique encore plus fort pour couvrir ta réponse.)

Je m’étonne parfois de ce que tu choisis de retenir et d’oublier. J’ai la tête pleine de fun facts, et j’oublie les choses du quotidien. Ça me frustre que depuis le choc que nous avons vécu il y a quelques années, tu sois encore plus sélectif. Avant, tu pensais à tout, plus maintenant, et je ne m’y suis pas encore faite.

J’aime que tu me souffles des idées farfelues. J’aime que tu aies 50 idées à la minute.

J’aime que tu me parles indifféremment en français et en anglais.

J’aime que tu bâtisses des scénarios complexes en quelques minutes à peine. Je préfère quand ils sont positifs ou créatifs, merci de garder les scénarios catastrophe pour toi.

J’aime que tu captes plein de choses et que tu me les ressortes plus tard, alors que je ne savais même pas que j’avais capté ça.

J’aime que tu sois capable de jongler entre tant de choses à la fois. Même si tu me frustres parfois, je suis admirative.

Avant, je vivais entièrement en toi. Enfermée. J’avais un univers très limité. Je vivais uniquement dans ma tête.

Je trouve que c’est bien qu’on ait décidé de voir d’autres personnes. Je sais que parfois tu es jaloux que je passe du temps avec mes tripes, avec mon cœur. Je sais que parfois ça te frustre que je les écoute et pas toi. Que je te court-circuite.

Mais moi, ça me nourrit. Je me sens moins stressée, globalement. Et plus créative. Et quand on se retrouve, ça fait des étincelles ! Je trouve qu’on fonctionne mieux ensemble comme ça.

C’est pas toi. C’est moi.

Alors, voilà. Maintenant, c’est toi, moi, mes tripes, mon cœur, ma main qui griffonne toute seule.

J’aime bien quand on fonctionne comme ça.

Je suis reconnaissante de tout ce que tu as fait pour moi, de tout ce que nous faisons encore. Peut-être avons-nous une relation plus mature ?

En tout cas, j’aime ce que nous vivons en ce moment, et j’espère que ça va durer longtemps. Qu’on continuera à chercher l’équilibre.

Je t’embrasse (même si l’image de baiser que tu envoies derrière mes paupières est un peu dégueu).

Eva

Tu aimes écrire? Ou tu as envie d’écrire ? Écrire, ça libère, et ça transforme. C’est pour ça que j’ai créé la Métamorphose par l’écriture, un accompagnement par courrier postal baigné de bonnes ondes !

2 réponses
  1. Marie
    Marie dit :

    Je conseillais à une cliente ce matin, de faire une lettre aux voix dans sa tête qui tentent d’auto-saboter les beaux projets qu’elle entreprend, et là hop ! Je tombe sur ton nouvel article ! Continue d’inspirer le monde Eva <3 <3 <3

    Répondre
    • Eva
      Eva dit :

      Ooooh, merci Marie <3
      Oui, c'est hyper important de discuter avec les petites voix dans notre tête ! Elles sont toujours là pour quelque chose, souvent pour nous protéger... À nous de découvrir de quoi, et de les convaincre qu'on peut le faire quand même !
      Des baisers <3 <3 <3

      Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire