Un petit pas de côté

Salut à toi ! Si c’est ta première visite ici, tu voudras sans doute jeter un coup d’œil à 7 jours pour mieux t’aimer, le programme gratuit qui remet un peu d’amour dans le quotidien des femmes sous pression ! Love-toi bien 🙂

Baby billet (babillet) du soir (espoir).

(C’est mignon, babillet !)

**
En train de me prendre la tête sur qui suis-je, où vais-je, dans quel état j’erre. Pourquoi j’écris, et pour qui, et forcément, je trouve tout nul et vain. (Je cherche pas à ce qu’on me dise que je suis brillante, merci les chatons. Je décris juste l’état chouineur archi pénible qui m’étreint de temps en temps, y compris ces jours-ci.)

Encore une crise de foi. *Soupir*

Alors, comme j’en ai marre d’écrire, qu’est-ce que je fais ? J’écris encore. Je discute avec moi-même. Je déterre des pensées et des croyances pas jolies-jolies. Extrait :

– Si je propose quelque chose de différent, les gens vont devoir faire des efforts, et ils ne veulent pas faire d’efforts.

– Hein ? Pourquoi ?

– C’est du temps qu’ils ne peuvent pas consacrer à ce qui est important pour eux. Ça exige qu’ils y pensent, qu’ils se demandent ce qu’ils en pensent, et ils n’ont pas le temps pour ça.

– Et si ce que tu fais est important pour eux ?

– Mais comment ils peuvent trouver ça intéressant ? Ce ne sont que ma vie, mes trucs, mes pensées, mes histoires.

– Et si ça résonne avec eux, comme les pensées et les histoires de tes artistes, personnes, auteurs, penseurs préférés ?

– Je suis vraiment aussi intéressante ? [Bravo à moi pour avoir réussi à capter mon attention et me sortir de ma spirale !]

– Pas pour tout le monde, non. Mais pour certains, oui. Et certains, ça suffit. C’est suffisamment important pour que ça te tienne à cœur.

Elle est sage, ma sagesse intérieure. Mais c’est là que ça a vraiment basculé :

– Pense au gamin qui fait son intéressant, qui fait le clown pour ses copains. Les adultes râlent, le remettent à sa place, mais ses copains sont morts de rire. Et c’est ça qu’il voulait, le clown. Pas l’assentiment des adultes. Toi, tu cherches à ne pas faire de vagues auprès des tiens pour ne pas déranger les figures d’autorité que tu méprises par ailleurs.

Oh.

C’est la seule chose que j’ai trouvée à répondre.

[Je vous passe la suite de la discussion, mais en gros, elle m’a conseillé de réveiller mon Tyler Durden intérieur, en évitant la dérive « je crée une milice pour tout faire péter ». Sage, mais pas trop, ma sagesse intérieure. « Be disruptive », a-t-elle conclu. Oui, parfois, on se cause en anglais. Heureusement, j’ai été traductrice.]

Je suis à mon compte depuis 2011, et avant ça, j’ai fait une école de commerce. (ZZZzzz.) Donc, le marketing, la cible, le « si ta cible, c’est tout le monde, ta cible, c’est personne », ça fait un moment que j’ai intégré l’idée.

Ou en tout cas, je croyais. Parce que je n’avais pas été chercher ce que ça voulait dire dans mes tripes. En anglais, on parle beaucoup de « tribe », la tribu. La vibration me séduisait, mais je n’avais pas compris que ce que je cherche, c’est vraiment quelque chose de tribal. (Ce mot me prend aux tripes. Tripal.)

Se réunir autour du feu, se raconter des histoires, chanter, danser. Communier.

C’est ça que je veux.

Depuis 2003 que j’ai le nez dans les histoires marketing, c’est la première fois que je lève la tête de la segmentation et autres mots barbares qui me donnent envie de bâiller, et que je comprends enfin ce que je cherche.

Je comprends enfin pourquoi l’entrepreneuriat est quelque chose de viscéral pour moi. Ça va bien plus loin que la liberté, être mon propre patron, tout ça. Moi, l’introvertie, la solitaire, je n’en cherche pas moins l’appartenance. Ma tribu. Et si j’ai moi aussi utilisé ce mot, je n’avais jamais compris comment il résonnait en moi.

Je veux les mêmes peintures de guerre, les mêmes valeurs, les mêmes essentiels. Je veux ce sentiment que si on danse ensemble autour du feu, c’est parce que la même chose nous anime. Je veux qu’on vive et vibre ça ensemble, pour faire de ce monde franchement un chouïa déprimant un endroit qui nous ressemble un peu plus. Qu’on arrête de fermer nos gueules à propos de ce en quoi on croit. Et si ça ne nous plaît pas, on le change.

Ensemble. Parce que seul, on va plus vite, mais ensemble, on va plus loin.

C’est un tout petit pas de côté. Au fond, les idées, elles étaient là depuis longtemps dans ma tête. Mais elles n’étaient pas arrivées jusque dans mes tripes. Et là, ça fait des étincelles. C’est un tout petit pas de côté, mais le changement de perspective est inouï. Ça réveille le feu en moi.

On va enfin pouvoir danser.

**
Chaos. Confusion. Savon.

Ah, bin il est pas si baby, ce babillet. Il fait à peu près comme d’hab. Par contre, je me couche encore tard !

Allez, bonne nuit, ou bon ptit déj, et je t’embrasse

Eva

Tu aimes écrire ? Ou tu crois que tu aimerais ça ? Tu aimerais bien t’introspecter, mais ça t’intimide ? Ou tu ne sais pas par où commencer ? Ou juste tu as envie d’un journal sympa ? C’est là que Love, Dream et Shine viennent briller de toutes leurs jolies paillettes. 3 journaux de 30 jours chacun pour mieux t’aimer, mieux rêver, mieux briller, en te posant enfin les bonnes questions. Et en trouvant toi-même TES bonnes réponses. (En fait, il n’y a pas de mauvaise réponse. Il y a juste TES réponses. Et si ce sont les tiennes, elles sont justes. )

Tu aimes écrire? Ou tu as envie d’écrire ? Écrire, ça libère, et ça transforme. C’est pour ça que j’ai créé la Métamorphose par l’écriture, un accompagnement par courrier postal baigné de bonnes ondes !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire